samedi 26 janvier 2008

SOINS IDE DES PATIENTS ATTEINTS DE PATHOLOGIES VEINEUSES

I Rappels anatomiques et physiologiques

Anatomique : 2 réseaux veineux :
- Superficiel qui draine le sg de la peau et des tissus sous cut ( 10% du sg ). Il comprend les veines saphènes internes D et G et les externes D et G.
- Profond ( draine 90% du sg veineux des membres inf ).
Ces 2 réseaux sont reliés entre eux par les veines perforantes. Le sg circule de la surface du membre inf vers le réseau veineux profond. A l’état physiologique les valvules en nid de pigeon évitent tout reflux de sg vers les extrémités.
Varices : dilatation anormale et permanente des veines du réseau superficiel, pb au niveau des valvules des veines perforantes ).
Physiologique : veines ont système anti reflux, dans cœur droit existe une dépression qui aspire le sg ramené par les veines. Existe un résidu de pression art dans les veines poussant le sg vers le haut. A la marche les muscles du mollet agissent comme une pompe refoulante. Ecrasement de la voûte plantaire induit la propulsion du sg vers le haut. Les art qui cheminent à côté des veines impriment un mouvement de pulsation.

II Rôle préventif et éducatif IDE dans l’insuffisance veineuse

Voir poly jambes lourdes.

III La contention élastique

1) But de la contention
Augmentation de la pression interstitielle à fin de diminuer les oedèmes. Augmentation de la vitesse du sg veineux dans les réseaux superficiels et profonds par diminution di diamètre des vssx et par renfoncement de la pompe veineuse musculaire du mollet. Diminution de la tension subit par les parois veineuses en position debout.

2) Indications
Prévention et ttt des troubles liés à l’insuff veineuse fonctionnelle et des maladies thrombo emboliques. Prévention et ttt des varices et ulcères variqueux. Diminution et stabilisation des lymphoedèmes. Contention après stripping ou sclérose.

3) Les différents types de contentions élastiques
a) Bas et collants élastiques
4 degrés de contention : léger, moyen, fort, extra fort. Il existe différentes longueurs ( mi bas, bas complet ).
Pour trouver la bonne mesure le patient est allongé ( œdème minimal ). Pose toujours faites avant le 1er levé.
CAT pour enfiler bas et chaussettes : toujours retourner le bas à l’envers du talon = installer sur le pied.

b) Bandes élastiques ( voir poly )
Sont manipulés par IDE ou patient, en tissu caoutchouté ou élastique transversalement ou longitudinalement, sont munis de repère carré permettant de contrôler l’étirage, sont de force et longueur variable. Il faut change de bandes 2 fois par an, les laver à la main et sécher par pression puis à plat sur un linge. Il existe des bandes adhésives qui sont posées par le phlébologue.

IV Le ttt veinotonique dans l’insuff veineuse.

Ttt médical : ttt d’appoint visant à tonifier la paroi veineuse et favoriser les échanges capillaires
La crénothérapie : principe : cures thermales avec bain complet à 36°, jambes horizontales dans une baignoire puis massage sous l’eau fraîche riche en élément oligo métallique. A l’action vasoconstrictive de la douche succède une vasodilatation réactionnelle puis repos du patient. Ces actions répétées tonifient les parois veineuses.

V Ttt curatif des veines

1) Les scléroses
But : lutter contre la stase veineuse et ses compétences.
Déf : consiste à injecter dans la lumière d’une varice, une solution médicamenteuse qui irrite l’endothélium et transforme secondairement la veine en un cordon fibreux.
Indications : petites varices diffuses et sinueuses.
Contre Indication : allergie à l’iode, phlébite à répétition, état fébrile, grossesse et allaitement, cancers et sida.
Produits utilisés : salicylate de soude ( produit hypertonique à injecter en IV strict risque de nécrose ).
Surveillance pendant injection et effet secondaire : petite brûlure en cours d’injection, intolérance au produit, angoisse, risque de thrombose après injection, dépigmentation sur le lieu de l’injection.

2) La cure CHIVA (cure conservatrice et hémodynamique de l’insuff veineuse ambulatoire )
Principe : consiste en la ligature de la jonction saphéno-fémorale associé à une ligature au dessous des veines perforantes incontinentes. Vise à recréer un retour veineux optimal.
Intérêts : conserver les axes superficiels pouvant être utilisés en chir vasculaire.
Limite : incontinence valvulaire des axes profonds.





3) Le stripping ou éveinage
Def : ablation chir d’une veine superficielle dilatée à l’aide d’un stripper ( appareil constitué d’une tige semi rigide et muni d’une tête ).
But : supprimer une veine malade pour rétablir une circulation veineuse par la formation d’un réseau collatéral.
Soins pré op : admission du patient la veille. Bilan pré op ( NFS, plaquettes, TP TCA, iono, glycémie, groupe rh RAI, ECG, radio pul, Doppler membres inf, +/- phlébographie ). Préparation locale du patient ( lavage des pieds, rasage, vernis, bijoux, patient à jeun 6h avant + explications ).
Soins post op : installer sur un lit pied surélevé, surveillance réveil, pansement compressif, pouls pédieux, poplitée…, sensibilité et couleur du membre, levé soir même ou lendemain avec bande de contention ( que l’on retire la nuit ). Surveillance des drains et redons. Refait les pansements tous les jours.
Moyen terme : patient porte bandes de contention pendant 4 à 8 sem. Ttt anticoa ( HBPM et AVK ). Hospitalisation pendant 4 jours consultation 1mois après et arrêt du travail de 2 à 5 sem.
Complication : hématome, douleur sur le trajet des veines ôtées.

4) Le cryo éveinage
Préparation : idem stripping.
Principe : sonde de cryothérapie est descendu dans la veine malade, l’extrémité de la sonde est descendu à -90° jusqu’à ce que la paroi de la veine soit cassante. Le long de la sonde la T° diminue progressivement mais demeure assez basse pour coller l’endoveine en métal. Traction sèche permet alors de casser la veine à son extrémité. La compression post op permet la formation du clou plaquettaire qui assure l’hémostase.

Aucun commentaire:

Recherche

Google